contrat en cdi
Administratif

Contrat en CDI : Avantages et inconvénients pour l’entreprise

Mise à jour le 31 août 2022

Le CDI (contrat de travail à durée indéterminée) est un contrat de travail utilisé pour embaucher un salarié de manière durable et sans durée déterminée. Une fois la période d’essai terminée, il faut trouver un motif réel et sérieux pour licencier un salarié. Les procédures de licenciement peuvent alors être très lourdes et complexes. Cependant, lorsqu’il est choisi judicieusement, le contrat à durée indéterminée présente certains avantages par rapport au contrat à durée déterminée.

Le CDI vous permettra de recruter pour votre entreprise avec plus de sécurité que ne le ferait un CDD. Vous aurez moins de difficultés à trouver des employés qui sont prêts à s’engager à long terme dans votre entreprise, ce qui signifie que vous pourrez également les garder plus longtemps. Cela peut vous aider à constituer dans votre entreprise un personnel solide, loyal et dévoué à son travail.

D’un autre côté, si vous ne faites pas un choix judicieux lorsque vous embauchez une personne sous contrat à durée indéterminée, il peut y avoir des conséquences qui affectent négativement les deux parties concernées. Si un employé n’est pas performant pendant sa période d’essai ou s’il ne convient pas au poste pour lequel il a été engagé, il peut être licencié avant la fin de sa période d’essai, ce qui signifie qu’il recevra automatiquement une indemnité de licenciement lorsqu’il perdra son emploi.

Passons en revue la définition du CDI et tous les avantages et inconvénients pour un employeur.

Qu’est-ce qu’un CDI ?

Un CDI (contrat de travail à durée indéterminée) est un contrat de travail qui n’est pas limité à une période de temps déterminée.

Il peut être conclu par un employeur et un employé dans un but à long terme, car il n’a pas d’échéance : on ne prévoit pas quand il prendra fin.

Le contrat à durée indéterminée étant considéré comme  » la forme normale et générale du contrat de travail  » (C. trav., art. L. 1221-2), l’employeur est tenu d’embaucher ses salariés en contrat à durée indéterminée, sauf s’il justifie de la nécessité de recourir à un autre type de contrat (contrat à durée déterminée ou contrat de travail temporaire).

Un contrat à durée déterminée (CDD) est un contrat dont la durée d’emploi est limitée à l’avance.

Le contrat à durée indéterminée (CDI) est un contrat qui peut être conclu pour une durée indéterminée, sans échéance.

A lire aussi :   Quels sont les frais de création d'entreprise ?

Le CDI (contrat à durée déterminée) est conclu pour une durée indéterminée tandis que le CDD (contrat à durée indéterminée) n’est pas limité à l’avance.

Un contrat à durée déterminée prend automatiquement fin à l’échéance de son terme, qu’il s’agisse d’une date ou de l’achèvement d’une mission.

Un contrat à durée indéterminée n’a pas de date limite. Pour mettre fin à un contrat à durée déterminée, l’employeur et le salarié doivent respecter le cadre légal :

Pour rompre un CDI, l’employeur doit mettre en œuvre une procédure de licenciement et être en mesure de justifier d’un motif réel et sérieux. Sauf en cas de départ à la retraite, le salarié qui souhaite rompre son CDI doit démissionner de son entreprise et respecter un préavis avant de quitter son entreprise. Les deux parties peuvent également convenir d’une rupture conventionnelle.

Avantages d’un contrat en CDI pour une entreprise

L’embauche de salariés sous contrat à durée indéterminée présente plusieurs avantages.

Tout d’abord, l’employeur recevra davantage de candidatures, et peut-être de meilleure qualité, s’il propose un contrat indéterminé. En effet, l’employé sera plus motivé pour faire un excellent travail et rester plus longtemps dans l’entreprise.

Deuxièmement, le travail d’un employé coûte moins cher à une entreprise que celui effectué dans le cadre d’un contrat à durée déterminée ou d’un contrat d’intérim : pas de prime de précarité et pas d’indemnité de congés payés. L’employeur fera des économies en n’ayant pas à payer ces frais.

Troisièmement, l’embauche de salariés pour une durée indéterminée permet d’éviter le turn-over et de créer une équipe stable, plus impliquée dans la vie et le développement de l’entreprise. Une équipe stable se traduit par des niveaux de productivité plus élevés, ce qui permet à l’entreprise de réaliser des économies.

Quatrièmement, les employés qui travaillent sous contrat à durée indéterminée sont liés par une obligation de loyauté envers leur entreprise et peuvent être soumis à une clause de non-concurrence. Cela signifie qu’ils ne peuvent pas accepter un autre emploi dans une autre entreprise sans l’autorisation préalable de leur employeur (c’est ce qu’on appelle la « non-concurrence »). S’ils le font quand même, ils peuvent subir des conséquences juridiques, comme être poursuivis par leur employeur ou voir leur salaire saisi par celui-ci. »

A lire aussi :   Quel outil de gestion des tâches choisir pour une startup ?

Inconvénients d’un contrat en CDI pour une entreprise

Le principal inconvénient du CDI est qu’il n’offre pas de flexibilité à l’entreprise : tout licenciement doit être justifié et encadré. La procédure de licenciement peut être longue et coûteuse. Ainsi, dans certains cas, en plus des indemnités légales de licenciement, le salarié mécontent qui estime que son licenciement n’est pas justifié ou que la procédure n’a pas été respectée peut demander des dommages et intérêts aux prud’hommes. L’entreprise doit donc être certaine de son choix lors du recrutement, tant au niveau du choix de la personne que de la nécessité de recruter une personne sur le long terme, l’activité devant avoir de bonnes perspectives d’avenir.

D’autre part, ce type de contrat offre une plus grande protection aux salariés que les contrats temporaires, car il est plus difficile d’y mettre fin (il faut toujours donner un motif valable).

Pour pouvoir licencier un employé, l’employeur doit être en mesure de prouver une ou plusieurs des raisons suivantes :

  1. Motif économique si l’entreprise connaît des difficultés économiques ;
  2. Le motif personnel, c’est-à-dire pour une raison réelle et sérieuse due au salarié. Il peut s’agir d’une insuffisance professionnelle, d’un désaccord avec les supérieurs du salarié, d’une perte de confiance, d’une absence prolongée rendant impossible le maintien du salarié dans l’entreprise… ;
  3. La faute professionnelle : toutes les fautes ne constituent pas un motif de licenciement. Il faut que le manquement aux obligations contractuelles soit si important qu’il empêche le maintien du salarié dans l’entreprise. C’est notamment le cas de la faute grave et de la faute lourde…
Estelle